C’est quoi ce travail ?

20151022 Cest quoi ce travail

 

L'AREPT, en partenariat avec NGRH, vous invite à la projection du film «C'est Quoi Ce Travail» le 24 novembre au Mérignac Ciné - 6 Place Charles de Gaulle à Mérignac (33700).

Ce documentaire étonnant, de Sébastien Jousse et Luc Joulé, met en écho l’activité d’ouvriers dans l'usine d’emboutissage de Saint-Ouen où on fabrique des pièces qui serviront à construire des véhicules Peugeot ou Citroën et celle de l’artiste sonore Nicolas Frize.

Mardi 24 novembre, la projection du film se déroulera en présence de Luc Joulé. Début du film prévu à 19 heures.

Les portes du cinéma seront ouvertes pour vous accueillir dès 18 h 30. Le prix de l'entrée est au tarif unique de 4,50 €. Il est possible de réserver son billet en ligne.

Après la projection Luc Joulé participera à un débat avec la salle à l'issue duquel un cocktail sera offert aux participants.

Par la suite, si vous souhaitez diner avec nous dans un restaurant de Mérignac, merci de nous l'indiquer avant le 18 novembre, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

 

Plan d'accès                 /             Bande-annonce                /              Nicolas Frize


 

Symphonie métallique dans l'enfer du travail

 

C'est Quoi Ce Travail ?

«Le documentaire “d’auteur” est décidément un genre fécond, florissant (artistiquement du moins). Celui que pratiquent Raymond Depardon ou Frederick Wiseman se distingue par une absence de didactisme et de commentaire off, une primauté de la mise en scène et de l’immersion dans son sujet, un sens ouvert, polyphonique. C’est quoi ce travail ? est un exemple éclatant de cet art du regard et du montage. A l’unisson de son titre, on pourrait commencer par s’interroger : c’est quoi, ce film ?

Une plongée dans une usine d’emboutissage de Saint-Ouen où on fabrique des pièces qui serviront à construire des véhicules Peugeot ou Citroën. Sébastien Jousse et Luc Joulé filment les ouvriers au travail, patiemment. Ceux-ci sont soit silencieux et à l’ouvrage, soit décrivant leur tâche, soit évoquant leurs conditions de travail, leurs rêves. La surprise, c’est que certains investissent de leur âme même une tâche qui semble mécanique : ils revendiquent en quelque sorte un statut d’auteur, une part humaine dans le grand tout industriel.

La camaraderie de la communauté ouvrière

Le film montre aussi, au passage, sans le formuler, la camaraderie de la communauté ouvrière par-delà les origines ethniques. L’intégration par le travail existe, on la voit à l’œuvre ici, et ça parle en ces temps de crispations. Cela dit, on ne voit pas que les ouvriers. Les deux cinéastes filment aussi un homme mystérieux, qui enregistre des sons. Etrange activité en ces lieux. On saura que c’est le musicien Nicolas Frize, qui prépare une pièce musicale sur l’usine en collaboration avec certains des salariés.

Petit à petit, le film révèle des points de contact entre les activités a priori antinomiques de l’emboutissage, de la musique et du cinéma. Chacun part de fragments de métal/de sons/d’images-son, pour aboutir à un résultat d’ensemble par un travail de montage, d’assemblage plus ou moins savant, technique ou instinctif. Chacun produit un travail, où la part machinique et la part créative s’imbriquent, même s’il n’est pas question de verser dans l’irénisme : le travail des ouvriers est plus difficile et moins épanouissant que celui d’artiste.

Porteur de suspense

Mais Jousse et Joulé construisent un regard mutuel et partagé entre ces deux mondes dont on dit qu’ils ne se regardent pas, infirmant la dichotomie populiste qui entend creuser un fossé guerrier entre le “peuple” et les “élites”. La dimension hautement politique de ce film ne l’empêche nullement d’être porteur de suspense, de multiples niveaux de lecture, d’interrogations et de beauté plastique. C’est ça, ce travail.»

Serge Kaganski Les InRocKS

 

Portrait de Nicolas FRIZE, Le Monde 13 novembre 2015 

Nicolas FRIZE 

 

 

 

 

{jcomments on}

  

Facbook_Logo.png
 
 
  Twitter_Logo2.jpg